Archives de janvier 2011

Éducation nationale : quel avenir pour nos enfants ?

Publié le 24 janvier 2011

Les années se suivent et se ressemblent pour l’Éducation Nationale qui vit, décidément, une période bien sombre. La réduction draconienne des moyens financiers et la suppression massive de postes d’enseignants se poursuivent à un rythme effréné.

A la rentrée 2010, 16.000 postes étaient supprimés et une réforme inepte des enseignants voyait le jour. Les recteurs d’académie recevaient des instructions pour accroitre le nombre d’élèves par classe afin d’optimiser les postes !

Aujourd’hui, la situation se répète encore et encore. Vous avez pu vous en rendre compte samedi dernier où, à l’appel de 25 organisations syndicales d’enseignants et de parents d’élèves, des manifestations ont eu lieu un peu partout en France afin de dénoncer, une nouvelle fois, cette politique inique.

En effet, le projet de loi de finances pour 2011, voté au mois de décembre, a acté la suppression de 16.000 nouveaux postes pour la rentrée prochaine.
De plus, cette année, les écoles ne connaitront, individuellement, leur sort qu’après les élections cantonales du mois de mars. Elles auront donc encore moins de temps pour s’adapter. Les syndicats d’enseignants ont dénoncé, à juste raison, “une manœuvre politique”, visant à éviter une déroute aux candidats de la majorité se présentant aux prochaines élections.

Mais personne n’est dupe et chacun sait que nous ne pouvons sacrifier ainsi l’avenir des générations futures !

Depuis 2007, le Gouvernement poursuit une course désespérée, et vouée à l’échec, de chasse aux fonctionnaires, digne du mac carthysme d’un autre temps, dont l’Éducation nationale semble être la principale cible !

Dans la région Limousin, les effets de cette politique irresponsable se ressentent de plus en plus :

  • Ainsi, le 15 décembre dernier, le rectorat de l’académie de Limoges a annoncé (…)
    [En savoir plus]

Débat sur l’avenir de la Politique Agricole Commune

Publié le 13 janvier 2011

Dans le cadre d’un débat organisé au Sénat sur l’avenir de la Politique Agricole Commune (PAC), je suis intervenue dans l’hémicycle le 11 janvier dernier.

Ce débat fait suite à la publication, le 18 novembre 2010, d’un rapport de la Commission européenne sur la réforme prochaine de la PAC en 2013.

Cette réforme est cruciale pour l’Union européenne. Elle va devoir apporter des réponses aux milliers d’agriculteurs qui traversent une crise très grave.

De plus, l’agriculture doit aujourd’hui faire face à de multiples défis : alimentaires, sanitaires, sociaux, économiques, territoriaux et environnementaux.

De ce fait, le visage que prendra la PAC en 2013 reflètera l’Europe de demain. A ce titre, nous devons faire preuve de la plus grande vigilance.

Je vous invite à prendre connaissance de mon intervention, ci-dessous.

Intervention lors du débat sur l’avenir de la politique agricole commune

Mme Renée Nicoux. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, eu égard aux nouveaux défis à relever, la politique agricole commune doit prendre un nouveau virage. Elle est au carrefour d’enjeux multiples, à la fois économiques, alimentaires, sanitaires, environnementaux, sociaux et territoriaux.

La réforme annoncée de 2013 sera décisive pour l’avenir de l’Europe. Elle permettra d’apporter une première réponse à une question récurrente que se posent les instances européennes quant à la capacité des Européens à unir leurs forces pour aller plus loin dans la construction communautaire, en vue d’affronter la mondialisation croissante, la libéralisation des échanges et les crises économiques qui se succèdent.

L’agriculture européenne traverse une crise. Nous en avons tous vu les effets ces dernières années. Elle se heurte à une concurrence de plus en plus vive, souvent déloyale, et caractérisée par une instabilité chronique du marché, rendant toute projection dans l’avenir impossible pour les agriculteurs. L’Union européenne, en tant qu’organisation politique, a donc un rôle crucial à jouer dans la gestion et la sortie de cette crise.

La réflexion sur la réforme de la PAC en 2013 a donné lieu (…)

[En savoir plus]

Tous mes voeux pour 2011 !

Publié le 5 janvier 2011

En ce début d’année, je vous adresse tous mes meilleurs voeux pour 2011, et vous invite à découvrir ma carte de vœux.

Sur la base de la carte de vœux de la ville de Felletin, avec une version animée sur le site www.felletin.fr.

[En savoir plus]

Question écrite : Réduction de la capacité d’accueil des classes préparatoires PCSI du lycée Gay-Lussac à Limoges

Publié le 3 janvier 2011

Question écrite n° 16673 de Mme Renée Nicoux (Creuse – SOC)
publiée dans le JO Sénat du 30/12/2010 – page 3342

Mme Renée Nicoux attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur l’annonce du rectorat de l’académie de Limoges, le 15 décembre 2010, de réduire de moitié la capacité d’accueil des classes préparatoires PCSI du lycée Gay-Lussac de Limoges. De ce fait, dès la rentrée 2011, l’établissement ne pourra plus accueillir que 48 étudiants au lieu de 96 actuellement.

Le rectorat a justifié cette décision par le fait qu’en 2010 seuls 48 élèves se sont inscrits dans ces classes préparatoires. Or ce chiffre était de 75 en 2006 et il faut noter que la baisse observée est notamment due à une orientation massive des élèves vers la filière médecine, avec le taux de réussite très faible que nous connaissons. Cette baisse n’a donc rien de définitif et n’est pas la conséquence de considérations démographiques.

Il faut souligner que le lycée Gay-Lussac s’est inscrit au début de l’année 2010 dans le projet « cordées de la réussite » (…)

[En savoir plus]