Un mandat de 5 ans au service de la Creuse

Un mandat de 5 ans au service de la Creuse

Le numéro 4 de La Creuse au Sénat vient de paraître. A télécharger en ligne.
Adoption de la loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt au Sénat : une loi d’avenir

Adoption de la loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt au Sénat : une loi d’avenir

Le groupe socialiste du Sénat se félicite de l’adoption en première lecture du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Traduction du projet agro-écologique, ce texte démontre la détermination du Gouvernement à engager notre agriculture dans une nouvelle voie afin de répondre à la crise durable qu’elle traverse depuis plusieurs années.
Nouveau numéro du journal du Club Produire en France

Nouveau numéro du journal du Club Produire en France

En tant que coprésidente du Club, je contribue aux travaux réguliers du Club Produire en France. Un nouveau numéro du journal vient de paraître. En novembre 2012, le fondement du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, inspiré des travaux de Louis Gallois, Commissaire Général à l’investissement, avait pour objectif de renouer avec la croissance économique en renforçant la compétitivité de nos entreprises.
En 2014, un budget solide sera consacré à l’agriculture

En 2014, un budget solide sera consacré à l’agriculture

En tant que rapporteur pour avis au nom de la Commission des affaires économiques sur le budget de la mission « Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales » du projet de loi de finances pour 2014, je suis intervenue, le 27 novembre dernier, devant mes collègues membres de la Commission pour présenter les grandes lignes de ce budget et en défendre les priorités.


Adoption définitive de la loi Agriculture, alimentation et forêt au Sénat : La France se dirige vers l’agro-écologie

Publié le 24 juillet 2014

Communiqué de presse du groupe socialiste du Sénat Par l’adoption des conclusions de la commission mixte paritaire, le Sénat a définitivement adopté la loi Agriculture, Alimentation et Forêt, une loi d’avenir qui repense le logiciel agricole. Pour le rapporteur du texte, Didier Guillaume, « Cette loi préparant l’agriculture de demain repose sur deux pieds: la compétitivité économique, […]

[En savoir plus]

Adoption de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt au Sénat : La loi de transition vers l’agro-écologie

Publié le 23 juillet 2014

Le Sénat a adopté, en deuxième lecture, le projet de loi pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, un texte qui doit « contribuer, en donnant les outils de la transition vers l’agro-écologie, à une transformation profonde des habitudes et finalement, du monde agricole » pour son rapporteur socialiste Didier GUILLAUME.

[En savoir plus]

Une édition spéciale de « La Creuse au Sénat » :
un mandat de 5 ans au service de la Creuse

Publié le 17 juillet 2014

journal4wCe numéro 4 de La Creuse au Sénat est une édition spéciale que je publie au terme de mon mandat de sénateur de la Creuse.

> Téléchargez le numéro 4 de la Creuse au Sénat (fichier PDF – 1,8 Mo)

Un mandat de 5 ans au service de la Creuse

Dans quelques semaines les grands électeurs seront amenés à élire nos futurs sénateurs, parlementaires représentant les collectivités territoriales. Le jeu des désignations internes au parti socialiste ne m’a pas permis d’être candidate pour cette échéance, la préférence des militants s’étant portée sur un candidat masculin, élu de l’agglo de Guéret, ce que je regrette ; non pas pour la qualité du candidat, mais pour la représentation féminine et géographique, et pour le peu de cas qui a été fait du travail accompli pendant ces cinq dernières années.

Elue suppléante d’André Lejeune en septembre 2008, je fus amenée, à la suite de son décès, à assumer les fonctions de sénateur dès septembre 2009. Sénatrice sortante, il me semble important de porter à la connaissance des élus creusois le contenu des travaux menés lors de ce mandat, pour laisser une trace et achever ce qui a été entrepris dans les trois premiers numéros. C’est pourquoi ce numéro 4 de La Creuse au Sénat se présente comme un bilan global d’un mandat que j’ai exercé pendant 5 ans avec le sérieux dû à la fonction et un engagement total au service des Creusois, du département et plus largement du pays. Il ne peut en aucun cas être exhaustif, mais il retrace les points essentiels dont le développement peut être consulté sur mon site internet.

Au cours de ces 5 années, le Sénat a connu une profonde mutation avec notamment le changement de majorité à l’occasion du renouvellement de la moitié des sénateurs en 2011 ; pour la première fois de son histoire la présidence revenait à un élu socialiste. C’est dans ce contexte de nouvelle majorité que je me suis vue confier la vice-présidence de la commission économique, puis en son sein la présidence du groupe d’études sur l’économie agricole et alimentaire qui me valut d’être désignée rapporteur pour avis du budget de la mission agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales.
C’est aussi parce que mon investissement pour le développement et la défense des territoires ruraux au Sénat ou dans les instances où je siégeais, telles que l’ANEM (Association Nationale des Elus de la Montagne), était reconnu de tous qu’il m’a été demandé d’être rapporteur de l’étude sur l’avenir des campagnes pour la Délégation à la prospective. Cet engagement a constitué la trame de mon investissement sénatorial, tout comme il constitue le fil conducteur de ce bilan.

Défendre les territoires ruraux, c’est bien sûr défendre la présence des services publics en zone rurale, mais c’est aussi faire reconnaitre l’image positive des campagnes, faire entendre la voix de la ruralité, faire valoir ses atouts dans différentes instances, c’est combattre l’inégalité, travailler sur les amendements susceptibles d’améliorer les lois la concernant, et contribuer à faire prendre en compte leurs spécificités dans des réformes telles que la réforme territoriale.

Cet exercice nécessite disponibilité, engagement, présence sur le terrain, prise en compte des besoins émanant du territoire pour un meilleur relais, soutien des projets, etc. En conclusion, je dirai que l’on n’est pas sénateur, on le devient ; l’exercice de la fonction demande familiarisation et appropriation des rouages, ce qui exige du temps et de l’investissement personnel.

Vu le travail accompli, et malgré le contexte difficile, c’est avec une certaine fierté que je termine mon mandat. Je tiens à remercier tous ceux avec qui j’ai pu travailler, au delà des différences, au service de notre département, des femmes et des hommes qui y vivent. La Creuse a de l’avenir : à chacun d’y prendre sa part.

« L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. » Jean Jaurès

> Téléchargez le numéro 4 de la Creuse au Sénat (fichier PDF – 1,8 Mo)

[En savoir plus]

La prise en compte des spécificités liées aux territoires de montagne doit accompagner la réforme territoriale

Publié le 16 juillet 2014

En tant que membre du comité directeur de l’ANEM, j’ai accompagné le travail de l’Association des Elus de la Montagne sur ce dossier de la réforme territoriale. J’ai donc été signataire de deux amendements sur le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. Ils étaient notamment défendus par l’ANEM afin de prendre en compte les spécificités inhérentes aux zones de montagnes dans leur organisation territoriales.

Je vous les présente ci-dessous :

 

  • Amendement sur ARTICLE 6 du projet de loi

Avant l’alinéa 1, insérer les dispositions suivantes :

I. Dans les départements comprenant des zones de montagne au sens de l’article 3 de la loi du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne, il est attribué un siège supplémentaire aux sections départementales dont le nombre de candidats est inférieur de plus de 20% par rapport au nombre de candidats par section départementale existant avant l’entrée en vigueur du présent article.

II. Les articles L338 et L338-1 du code électoral sont modifiés en conséquence du I.

III. L’alinéa 2 (tableau) est modifié en conséquence du I.

[En savoir plus]

Villeranges : permis de recherche. Question orale au Ministre du Redressement Productif

Publié le 2 juin 2014

Devant les inquiétudes des riverains, des maires concernés et des associations de défense de l’environnement, j’ai pris l’initiative d’interpeller le Ministre du Redressement productif sur les conditions d’octroi du permis d’explorer accordé à la société Cominor. En l’absence d’Arnaud Montebourg, c’est André Vallini, secrétaire d’État auprès de la ministre de la décentralisation, de la réforme de l’État et de la fonction publique, chargé de la réforme territoriale, qui a répondu lors de la séance du 27 mai dernier.

Mme Renée Nicoux. Monsieur le secrétaire d’État, en novembre 2013, un permis exclusif de recherches de mines d’or, de cuivre, d’argent, d’antimoine, de zinc, d’étain, de tungstène et autres substances connexes a été octroyé pour une durée de trois ans à la société Cominor, filiale du groupe La Mancha Resources Inc., basée au Canada. Ce permis, dit de « Villeranges », porte sur sept communes creusoises et couvre une superficie de plus de quarante-sept kilomètres carrés.

L’octroi de ce permis soulève de nombreuses interrogations dans la population, très peu informée de la démarche. Certes, la demande, déposée en janvier 2011, a été soumise à consultation publique du 24 juillet au 4 septembre 2013, mais très peu d’habitants en ont eu connaissance. Et les maires du secteur concerné estiment ne pas avoir obtenu toutes les informations voulues lors de la réunion qui s’est tenue à la préfecture de la Creuse, en présence de la société exploitante, au mois de juillet 2013.

Aujourd’hui, les inquiétudes vont grandissantes, malgré plusieurs réunions d’information organisées par le directeur général de Cominor.

Ces craintes sont d’autant plus vives en Creuse que le site concerné se situe sur la seule nappe souterraine du département, avec les deux puits dits de Varennes, sur la commune de Lussat, alimentant le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du bassin de Gouzon.

[En savoir plus]

Interview sur France Bleu Creuse

Publié le 30 mai 2014

Sollicitée par France Bleu Creuse, j’ai accordé une interview afin de faire le point suite aux résultats des élections municipales de Felletin, puis ceux des élections internes au PS permettant la désignation des candidats pour les prochaines élections sénatoriales.

A lire et à écouter ici.

[En savoir plus]

Adoption de l’interdiction de la mise en culture des Maïs OGM

Publié le 6 mai 2014

Communiqué de presse du groupe socialiste du Sénat

Le Sénat a adopté, lundi 5 mai 2014, à une large majorité, la proposition de loi socialiste interdisant la mise en culture des maïs OGM. Le texte, simple et préventif, répond à l’urgence cruciale de combler un vide juridique, alors que l’Europe n’arrive toujours pas à s’accorder sur le sujet.

Des risques environnementaux liés à la culture du MONSANTO 810 : apparition de résistances dans les populations de ravageurs, fragilisation de certaines espèces de papillons, dangers pour l’apiculture, ont été mis à jour par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments elle-même..

Dès 1998, la France avait essayé de s’opposer à la décision européenne de 1998 autorisant la mise en culture du maïs MON 810. Le président de la République s’y est pleinement engagé à l’occasion de la conférence environnementale de 2012. A travers ce texte, le groupe socialiste souhaite « faire entendre la voix de la France et montrer que nous souhaitons maintenir une position ferme dans l’attente de contreparties sécurisantes autour de la mise en culture OGM » a précisé la sénatrice Renée Nicoux.

« Il s’agit aujourd’hui de franchir une étape, à travers un geste politique fort, visant à conforter, à l’échelon européen, la position qu’a déjà arrêtée notre pays» a insisté le sénateur Jean-Jacques Mirassou. Sans empêcher la recherche, puisque le texte vise expressément la mise en culture, la loi française permettra d’attendre plus sereinement une prochaine révision globale de la directive européenne sur les OGM.


PPL Maïs MON 810 (OGM) par reneenicoux

 

Pour en savoir plus :
- le lien vers mon intervention en tant que chef de file pour le groupe des sénateurs socialistes
- le lien vers la proposition de loi

[En savoir plus]